Appel à contribution – Call to proposal

Colloque de Cerisy – Seminar of Cerisy (11 au 18 mai 2021)

Organisateurs : Patrice Baubeau, Martial Poirson et Yann Toma

AVERTISSEMENT : L’APPEL À COMMUNICATION EST À PRÉSENT CLOS.
Toutefois, en raison du report du colloque de juin 2020 à mai 2021, un nouvel appel pourrait être ouvert.

« L’argent est la seule création culturelle qui soit de pure énergie, qui se soit complètement abstraite de son support matériel, n’étant plus qu’absolu symbole. Il est le plus significatif des phénomènes de notre temps, dans la mesure où sa dynamique a envahi le sens de toute théorie et de toute pratique ».

Georg Simmel, Journal, cité dans L’Argent dans la culture moderne [1928], Laval-Paris, Presses de l’université de Laval-Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006, p. 5.

L’assertion de Georg Simmel situe d’emblée l’argent, qui selon lui relève de la « pure relation », parmi les productions culturelles abstraites de tout référent matériel. Le sociologue de la Philosophie de l’argent postule donc une relation homologique entre monnaie et langage, considérés comme deux régimes de créance fondés sur l’arbitraire du signe et la nature purement conventionnelle de la valeur nominale qui leur est attribuée.

  Même si la reconnaissance de ce nominalisme partagé accrédite l’hypothèse au fondement du projet de ce colloque, ce dernier n’emporte pourtant pas la conviction. En effet, cette relation entre monnaie et langage est un topos ancien de la réflexion religieuse et laïque sur la monnaie, qui noue et dénoue les fils de la croyance, du discours, du sacré, de l’oblation et de la forme même de la pièce dans un entrelacs d’arguments rhétoriques essentiellement réversibles. Il faut donc mettre l’argent et le langage, ou plutôt l’idée que l’un comme l’autre ne seraient que de pures conventions et à ce titre homologues, à distance. Et cette distance, c’est encore le langage qui la fournit, la construit, ou plutôt le discours que ce langage permet, tout comme la monnaie permet le déploiement de l’économie d’échange.

  Le nominalisme figure ainsi une clé d’entrée dans la question de la monnaie et, partant, de l’économie, précisément parce qu’il présuppose, en plus du langage, le discours ou le récit. Mais autant le nominalisme demeure fondamentalement indémontrable au niveau du langage comme de la monnaie – ainsi qu’en témoignent les fables rendant compte de leurs origines, autant le présupposé d’une relation homologique entre économie et littérature semble davantage fondé. En effet, de nombreux travaux révèlent la similitude entre ces deux dispositifs transactionnels, autrement dit entre crédit (du côté de l’économie) et créance (du côté de la littérature), reposant sur des régimes de fictionnalité comparables, en dépit des apparences.

  Comprendre cette proximité fondamentale implique de considérer dans le long terme la façon dont notre conscience collective s’est attachée aux faits économiques. Il s’agit aussi bien d’analyser l’expérimentation des concepts, modèles, mécanismes et idées de l’économie, à l’œuvre dans la littérature et les arts, que d’étudier le recours aux procédés littéraires (rhétoriques, stylistiques et fictionnels) et aux dispositifs artistiques par la théorie et la pratique de l’économie. Cette double démarche converge vers un même objectif : établir une généalogie de la culture économique, envisagée comme construction symbolique commune à la science économique, à l’écriture littéraire, aux pratiques spectaculaires et aux discours médiatiques.

  Elle révèle la convergence, la configuration mutuelle ou la conflictualité entre ces champs disciplinaires, de façon à en dégager le soubassement anthropologique commun autant que les questionnements croisés. Ainsi comprise, cette culture économique permet aussi d’éclairer les limites de l’homologie et en particulier celle-ci que le langage a beaucoup plus à dire sur la monnaie que ne le peut l’économie, tant cette dernière n’est réflexive qu’à travers le premier.

  Ce colloque favorisera les expériences pratiques (création d’une monnaie dédiée à l’événement, mise en place de systèmes transactionnels, infiltration du colloque par une entreprise artiste, ateliers d’écriture créative).

  Il privilégiera deux axes de réflexion :

  • L’expérimentation littéraire de l’économie

  Il s’agit d’établir l’archéologie de la fiction économique, envisagée comme une construction sociale et symbolique, à l’heure où la théorie littéraire, notamment la littérature comparée, se dote de méthodes susceptibles d’appréhender les nouveaux territoires de la fiction. Si elle fournit les outils pertinents d’analyse de cette fiction économique, l’analyse littéraire offre également un champ privilégié d’expansion et d’expérimentation pour son langage, son imaginaire et ses représentations, qu’elles soient dominantes ou plus marginales au regard de la doxa officielle. Contribuant à la diffusion des connaissances économiques, l’écriture d’invention en met à l’épreuve les faits, comportements, institutions, paradigmes… Le texte littéraire est littéralement investi par la fiction économique, dont il déconstruit ou démystifie les systèmes d’accréditation à travers ses procédés de mise en abyme ou de mise à distance autoréflexive. Selon les époques, les genres littéraires peuvent être plus ou moins poreux à l’économie. Les périodes charnières de crise sont propices à l’épanouissement d’une intense production de fictions économiques. L’analyse sur longue période permet par conséquent de montrer l’émergence précoce du thème obsessionnel de la monnaie et du motif de l’argent, jusque dans ses figurations les plus marginales1, puis la colonisation de l’imaginaire contemporain par une science économique devenue hégémonique quant aux représentations du monde, ce qui représente peut-être une nouvelle fiction, une autre manière de nous raconter ce monde, entraînant des effets sociaux tout à fait objectifs, et témoignant du caractère performatif du langage à travers le récit économique. 

  • La littérarité de l’économie

  C’est pourquoi il convient également d’interroger les régimes de fictionnalité mis en œuvre par la rhétorique des économistes, née dans les fables et fictions pensantes de l’économie politique à l’âge classique et devenue lingua franca de nos sociétés postmodernes. Débordant fréquemment la stricte sphère de l’économie scientifique positiviste, laquelle ne se prive pas de construire des mondes imaginaires et métaphoriques pour appuyer ses monstrations, à la faveur de la percée d’une vulgate économiste perceptible aussi bien dans le discours politique que dans le storytelling entrepreneurial et médiatique, l’économie devient dès lors un système global de perception, de signification, de communication et de légitimation au sein du capitalisme avancé. La démarche proposée par le colloque cherche à dévoiler les effets de discours qui accompagnent les argumentations de nature économique, dévoilant en cela qu’en dépit des apparences, l’économie n’a jamais rompu avec ses racines de science morale. Passée au crible de l’interprétation littéraire, les rhétoriques économiques révèlent leurs stratégies discursives, mais également l’inconscient culturel au fondement d’une vision normative et donc morale (le bien, le juste) du monde. On peut notamment s’interroger sur les conditions d’apparition de métaphores associées à l’économie, qu’elles soient d’usage courant ou consacrées par tel auteur ou telle théorie. Ces métaphores économiques trahissent des logiques d’euphémisation des rapports de domination, de sublimation des réalités économiques et de compensation symbolique ou encore viennent opérer un choix signifiant parmi les virtualités multiples de modèles autrement indécidables.

  Par ailleurs, rares sont les disciplines aussi imagées au sein des sciences sociales, mettant en scène quantité de graphes, cartes ou schémas. Le « tournant linguistique » de l’économie est marqué par l’irruption du langage et de la communication dans la sphère de la production : les mots font désormais écran aux réalités économiques ou pour le moins, ont vocation à les sublimer. Par la stylisation ou la réduction de la complexité des faits sociaux que l’énoncé d’une norme économique permet, elle déploie un pouvoir d’affabulation à vocation hégémonique et auto-réalisatrice. Ainsi, la rhétorique économiste, telle qu’elle a émergé depuis la première modernité, conduit à une véritable poétique originale, progresivement étendues à toutes les manifestations du pouvoir et de la richesse dont l’interprétation littéraire peut utilement décrypter les stratégies discursives, les implicites et les implications idéologiques.

  Prière d’envoyer vos propositions de contributions (2500 signes), avec une courte notice bio-bibliographique (500 signes), avant le 30 mars 2019 à Patrice Baudeau (patrice.baubeau@u-paris10.fr) et Martial Poirson (martial.poirson@yahoo.fr)

1 Florence Magnot-Ogilvy et Martial Poirson (dir.), Économies du rebut : Poétique et critique du recyclage au XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.