Archives de l’auteur : Patrice Baubeau

À propos Patrice Baubeau

MCF HDR - Université Paris Nanterre - IDHES (UMR 8533)

Origines et buts du projet – Origins and aims of the Project

 

L’analyse des échelles sociales de l’argent vise à dépasser l’idée que la monnaie ne représente qu’une pure quotité de valeur. Il s’agit ainsi de comprendre, par l’étude des spécificités matérielles, techniques et symboliques de la « monnaie des pauvres », le sens de cette fiction, nécessaire et consentie, d’une « monnaie commune » en même temps que d’évaluer les coûts, les bénéfices et les conditions d’accès aux services apportés par la monnaie.

 La démarche proposée consiste à partir de « la monnaie des pauvres », c’est-à-dire du matériel monétaire utilisé principalement par cette fraction de la population, généralement majoritaire, qui ne dispose pas de l’accès aux formes de monnaie les plus élaborées (fortes monnaies d’or dans les régions eurasiatiques où elles circulaient ; comptes en banque dans l’Europe occidentale du XIXe siècle…), mais qui dépend pour sa vie quotidienne de l’accès à des objets monétiformes variés : « petites » pièces de monnaies, monnaies « divisionnaires », substituts monétaires et autres jetons, billets privés, reconnaissances de dettes, etc. On écarte ainsi les comportements monétaires de la fraction la plus riche de la population mais, de manière intéressante, on remplace l’évaluation de l’importance relative d’un moyen de paiement en fonction des montants concernés par une évaluation en fonction de la quantité d’objets monétaires. Une illustration contemporaine de ce contraste : en France les paiements en espèces représentent plus de la moitié des actes de paiements des particuliers, mais à peine 5 % du montant cumulés des paiements.

  Cet accent mis sur les coûts d’usage et sur les bénéfices tirés de l’accès à la monnaie permet aussi d’interroger, à la suite des travaux menés notamment par Jan Lucassen, la place et le rôle de l’argent dans la définition et la réalisation du revenu des plus pauvres. Ces travaux démontrent une relation réciproque entre l’augmentation de la fréquence d’usage de la monnaie, les formes prises par la rémunération du travail (en particulier l’existence du salariat) et enfin les moyens de paiement disponibles. De même, Akinobu Kuroda montre comment l’existence de marchés nombreux, fréquents et accessibles dans la Chine moderne et contemporaine favorise, même dans un contexte d’interconnaissance, un essor des échanges anonymes, alimentés le cas échéant par des monnaies locales. De telles approches comparatives permettent une relecture du matériel monétaire au sens le plus concret, en lien avec la place du travail et du marché dans la vie des femmes et des hommes les plus modestes. Elles enrichissent ainsi l’apport de Viviana Zelizer qui montrait l’affectation de l’argent à des usages différents en fonction de son origine, mais aussi selon des critères sociaux ou de genre.

  Cette enquête soulève aussi le problème de la mise à disposition de ces moyens monétaires et du pouvoir ainsi institué dans un objet (matériel ou virtuel) vis-à-vis de biens, services et capacités disponibles dans la société environnante. Il est en effet peu probable que le pouvoir monétaire ainsi confié aux « pauvres » puisse avoir la même étendue ou la même intensité que le pouvoir monétaire inscrit dans les moyens de paiement les plus élaborés. Les formes locales d’usages monétaires reflètent ainsi les pouvoirs relatifs des utilisateurs comme leurs positions sociales et genrées, les objets monétiformes pouvant incorporer une part importante de prestige social, que l’on retrouve aujourd’hui dans les cartes de paiement « exclusives » mais aussi dans la fraîcheur de billets de banque neuf comparés à des billets ayant circulés et donc souillés.

  Dès lors, l’étude des « échelles monétaires » peut renouveler l’étude des dénivellations économiques, sociales et politiques et à interroger le rôle qu’y joue la monnaie. Pour ce faire, nous comptons mesurer la qualité et la quantité de pouvoir – monétaire, social, symbolique – inscrites dans les différents instruments monétaires, notamment en fonction de leur dénomination (échelle quantitative) ou de leurs critères d’accès (échelle discriminante), à rebours des interprétations considérant les monnaies comme de simples séquences de valeurs parfaitement substituables.


The analysis of the social scales of money aims to go beyond the idea that money represents only a pure quantity of value. The aim is thus to understand, through the study of the material, technical and symbolic specificities of the “money of the poor”, the meaning of this necessary and agreed fiction of a “common currency” at the same time as evaluating the costs, benefits and conditions of access to the services provided by money.

  The proposed approach consists in starting from the “money of the poor”, i.e. the monetary material used mainly by this fraction of the population, generally a majority, which does not have access to the most elaborate forms of currency (strong gold coins in the Eurasian regions where they circulated; bank accounts in Western Europe in the 19th century…), but which depends for its daily life on access to various monetiform objects: “small” coins, “fractional” coins, monetary substitutes and other tokens, private notes, IOUs, etc. This excludes the monetary behaviour of the richest part of the population but, interestingly, replaces the assessment of the relative importance of a means of payment according to the amounts concerned with an assessment based on the quantity of monetary objects. A contemporary illustration of this contrast: in France, cash payments represent more than half of individuals’ payments, but barely 5% of the cumulative amount of payments.

  This focus on user costs and the benefits of access to money also raises questions, following the work carried out by Jan Lucassen in particular, about the place and role of money in defining and achieving the income of the poorest. These studies show a reciprocal relationship between the increase in the frequency of money use, the forms taken by labour remuneration (most notably the existence of wage labour) and finally the means of payment available. Similarly, Akinobu Kuroda shows how the existence of numerous, frequent and accessible markets in modern and contemporary China, even in a context of frequent individual relationships, encourages the development of anonymous exchanges, fuelled where necessary by local currencies. Such comparative approaches allow a re-reading of monetary material in the most concrete sense, in relation to the place of work and the market in the lives of the most modest women and men. They thus enrich Viviana Zelizer’s contribution, which shows how the money was allocated to different uses according to its origin, but also according to social or gender criteria.

  This survey also raises the problem of the availability of these monetary resources and the power thus instituted in an object (material or virtual) vis-à-vis goods, services and capacities available in the surrounding society. It is unlikely that the monetary power thus entrusted to the “poor” can have the same scope or intensity as the monetary power enshrined in the most sophisticated means of payment. Local forms of monetary usage thus reflect the relative powers of users such as their social and gendered positions, monetiform objects being able to incorporate a significant share of social prestige, which are now found in “exclusive” payment cards but also in the freshness of new banknotes compared to notes that have circulated and therefore soiled.

  Consequently, the study of “monetary scales” can renew the study of economic, social and political differences and question the role played by money in them. To do this, we intend to measure the quality and quantity of power – monetary, social, symbolic – in the various monetary instruments, in particular according to their name (quantitative scale) or their access criteria (discriminating scale), against interpretations that consider currencies as simple sequences of perfectly substitutable values.

Patrice Baubeau